facebook twitter google youtube
Vous êtes ici : Accueil » PARC NATIONAL W BENIN » Caractéristiques du Parc W Bénin

Caractéristiques du Parc W Bénin

Les caractéristiques biophysiques renseigneront essentiellement sur les points suivants :
- Structure et superficie
- Climat
- Relief et Hydrographie
- Végétation
- Faune
- Infrastructures

Structure et superficie

D’une superficie de 762.438 ha, le complexe du W du Niger comprend :
- Le Parc du W d’une superficie de 563 280 ha ;
- La Zone Cynégétique de la Djona (115 200 ha)
- La partie est de la Zone Cynégétique de l’Atacora dite zone de chasse de la Mékrou d’environ 83.958 ha.

Le complexe Parc National W fait partie d’un ensemble ininterrompu au Nord Bénin d’environ 1 250 000 ha comprenant la Zone Cynégétique de Pendjari (180 000 ha), la Zone Cynégétique de l’Atacora (125 640 ha) et le Parc National de la Pendjari (266 040 ha). (Carte du W).

Climat

Le climat est du type Sahélo-Soudanien, avec une pluviosité qui décroît d’année en année et gravite autour 600 mm par an à Karimama, 700 et 900 mm à Banikoara.

Deux saisons se succèdent au cours de l’année :

- une saison sèche avec :
- une période chaude, de mars à mi-mai avec des températures moyennes mensuelles variant de 30 à 40° C.
- une période fraîche allant de fin octobre à fin février avec des températures moyennes voisines de 25° C et des minima de 12°C.
- une saison des pluies de mi-mai à octobre avec un maximum de pluies en août où la pluviosité peut atteindre 1250 mm, la température moyenne est alors de l’ordre de 26°C.

Relief et hydrographie

La forme du relief est un modelée d’ondulations de 20 à 40 m de dénivelé avec une pente inférieure à 2%. Le Parc National du W comprend en outre l’extension terminale de la chaîne de l’Atacora.

La région du Complexe du Parc National du W est Parcourue par de nombreux cours d’eau dont les plus importants sont l’Alibori et la Mékrou.

Végétation

La végétation est constituée pour l’essentiel de savanes caractéristiques des zones soudaniennes et soudano-sahéliennes. A ces savanes s’ajoutent quelques forêts ripicoles, claires et des formations édaphiques (de dépression ou de sols caillouteux).

Les espèces des forêts ripicoles fréquemment rencontrées sont : Cola laurifolia, Syzygium guineense, Morelia senegalensis, Pterocarpus santalinoides, Combretum lecardii, Crateva religiosa, Vitex chrysocarpa. En forêts claires ce sont : Daniellia oliveri, Ficus sycomorus spp, Lannea microcarpum, Terminalia spp, Combretum spp, Khaya senegalensis, Diospyros mespiliformis, Kigelia africana, Tamarindus indica, Borassus aethiopum, Celtis integrifolia, Sclerocarya birrea. Les espèces caractéristiques des formations sur les sols caillouteux sont le Burkea africana et le Detarium microcarpum mélangées à d’autres telles que, Lannea acida, Stercueia setigera, Combretum glutirosum.

Faune

La densité des grands mammifères est très faible dans le complexe du W (Tableau : Statut des grands mammifères du Parc National du W). Les diverses formes de pressions anthropiques (braconnage, pâturage) en sont les causes.

Seuls, les buffles, les éléphants, les hippotragues et les phacochères sont encore présents en nombre significativement mesurable dans la zone.

On connaît actuellement très peu de chose sur la faune du complexe W.

Infrastructures

Le complexe du W se caractérise par un manque flagrant d’infrastructures.

Le programme COBICOW prévoit non seulement la réfection des rares pistes qui donnent accès au Parc, mais aussi la construction d’un réseau de pistes et d’ouvrages dans le complexe Parc.

La grande majorité des bâtiments a été construite grâce aux financements FED et BM respectivement entre 1984 et 1990 et en 1996.

Les infrastructures d’hébergement pour les touristes se limitent à un campement de chasse au Nord de la Zone Cynégétique de la Djona, un campement de chasse bien aménagé (campement de la Mékrou), dans la Zone Cynégétique de l’Atacora, un campement de chasse totalement rénové à Konkombri également dans la Zone Cynégétique de l’Atacora, un campement de petite chasse assez modeste dans la vallée du fleuve Niger à Kompa et un camping non aménagé aux chutes de Koudou. Kandi et Malanville, villes situées toutes deux dans la zone d’influence du complexe Parc, possèdent chacune un petit hôtel.


Dans la même rubrique

  Diversité ethnique et densité

  CONTRAINTES ET ATOUTS A LA CONSERVATION

  La surveillance PNW

  Stratégies d’une gestion durable

  Historique et Cadre Juridique

0 | 5

Partenaires